// Vous lisez...

M-Marketing

Perspectives : le Digital au service du Commerce futur

Ce billet fait suite à la publication de la présentation ROI insight par Grégory Pouy. Bien qu’un peu longue (c’est déjà très fort de faire tenir un sujet si vaste en 150 slides!), mais très bien présentée, Grégory fait un état actuel du marché, autant sur l’évolution des comportements des consommateurs, que celui des annonceurs. Pour ce qui est des points moins positifs, je dois dire que je reste un peu sur ma faim, en attente d’une conclusion “globale”. Quelle est réellement l’évolution du commerce et du e-commerce ?

De mon côté, je comprends qu’il y a une dizaine d’années, le commerce se scindait en deux mondes : le commerce classique et le e-commerce. Les 1ers étant un peu effrayés par la croissance de la part de marché du deuxième, source de menace concurrenciel, en particulier en tirant les prix vers le bas. Puis les marques traditionnelles se sont progressivement essayées au “on-line” (click and mortar). Finalement, avec le temps, on se rend compte que ces deux mondes commencent à se comprendre, à évoluer ensemble dans un but commun : se mettre au service du client. En effet, ils réalisent que le digital peut rendre service au commerce traditionnel. Aujourd’hui, ce lien me semble principalement représenté par les Smartphone, outil digital on-line utilisé dans la vie quotidienne : géolocalisation, lectures de codes barres, coupons de promotion digitaux, paiement via mobile…

Deux cas pratiques ont principalement retenu mon attention, représentant le pouvoir dégagé par l’alliance du Digital et du commerce traditionnel:

-       Application Milo by Paypal > Le Digital au service du Retail

Vous connaissez Foursquare, Facebook Places, où meme Groupon. Cette application est encore une preuve de l’efficacité du couple on-line / off-line. Comment utiliser le succès des smartphone pour créer du traffic en magasin ? Réponse en image:

-       La campagne Tesco en Corée du Sud

Le cas de cette campagne m’a paru pertinent de part son accessibilité, touchant finalement une cible aussi large que la publicité traditionnelle (affichage, radio..). Malheureusement, les campagnes on-line touchent principalement les « early adopter » ou les « ultra connectés » (campagnes sur Foursquare, lecture de code barre via Smartphone..). L’opération Tesco, de part son affichage dans le métro, montre que les campagne on-line peuvent toucher des cibles « mass-média », plus réticentes au E-commerce, voire au même au changement tout simplement. L’enseigne de distribution recrée exactement les rayons de son supermarché, connus de tous les clients. N’était-ce pas plus simple, pour un novice, de commander on-line si nous limitons le changement (cas du merchandising) ? Je ne suis donc pas étonnée de l’augmentation de commandes on-line qui a suivit cette campagne !

Discussion

No comments yet.

Post a comment